Hommage à Jacques Bouveresse

Par Christiane Chauviré (1965, L)

« Une voix insolite, un parler-vrai en philosophie qui avait la saveur de l’authenticité. »

Jacques Bouveresse était une figure incontournable du monde de la philosophie. Auteur de l'ouvrage culte Le Mythe de l’intériorité, influencé par Frege, Wittgenstein, et Musil, Jacques Bouveresse défend une position rationaliste, œuvrant pour une éthique de l’écriture et une certaine modestie intellectuelle. Le philosophe s'est éteint le 9 mai 2021.
Christiane Chauviré (1965, L), philosophe et ancienne élève de Jacques Bouveresse à l'ENS, rend hommage à ce penseur d'exception et à celui qui l'aura inspirée tout au long de sa carrière.

Jacques-Bouveresse

Jacques Bouveresse © Louis Monier / Bridgeman Images

Mince et jeune, il couvrait le tableau noir de noms et de formules logiques, d’une écriture méticuleuse, remarquable, calligraphique. C’était le cacique de l’agrégation de philosophie de l’année d’avant. Nous avions 20 ans, nous allions devenir, deux ans après, la « génération 68 », nous suivions les cours de Jacques Bouveresse, ancien élève de l’ENS, qui nous initiait à la philosophie analytique et à la logique, toutes choses nouvelles pour nous, et passionnantes (1). Ses propos nous paraissaient exotiques par rapport à ceux de nos maîtres de cette époque Derrida, Deleuze, Althusser et Foucault. Ce que nous ne savions pas, c’est qu’il allait devenir dans les années 2000 le philosophe français le plus important, auteur d’une œuvre majeure. Quel a été le parcours original de ce philosophe qui préférait nous parler de Frege, Wittgenstein, et Musil plutôt que de la triade vedette de cette période, Marx, Nietzsche et Freud ? Comme Julien Sorel dans Le Rouge et le noir, Bouveresse venait du Séminaire de Besançon.

Dans le concert bien orchestré de la philosophie ambiante, Bouveresse fit entendre, dès le milieu des années 1960, une voix insolite, un parler-vrai en philosophie qui avait la saveur de l’authenticité. Déjà, il faisait exception, se demandant, après Russell, si le roi d’Angleterre savait que Walter Scott était l’auteur de Waverley, ou même savait que Scott était Scott, et cela nous changeait des espaces infinis de Pascal, du ciel étoilé de Kant, ou du rire de Bergson. Nous apprenions que notre tradition philosophique européenne était dite continentale, comme le breakfast servi chez nous. Après son cours, où l’assistance était essentiellement féminine, il nous emmenait boire un verre au café sans cesser de discuter avec nous pendant des heures. Ses manières étaient simples et il avait un certain humour. Un ami me disait que dans Bouveresse il y avait un tiers de Renan, un tiers de Benda et un tiers de Nizan.

Devenu professeur à la Sorbonne, et doté d’un rude bon sens franc-comtois, Bouveresse ne s’en laisse pas conter par les modes structuralistes, puis postmodernes. Son système de référence est « très peu français » : il va le chercher, non seulement chez les Anglo-Américains comme Russell et Quine, ou en Autriche, avec Wittgenstein, le Cercle de Vienne (dont les chefs de file, Schlick et Carnap, sont allemands), Kraus et Musil. Après avoir achevé Le Mythe de l’intériorité, ouvrage culte qui introduit en France Wittgenstein, lequel restera sa référence constante, il se laisse tenter par la polémique contre la philosophie continentale de cette époque, puis contre les impostures intellectuelles, déployant une éthique de l’écriture qui, un peu austère, évite toute emphase et toute rhétorique. Message intransigeant, délivré dans une prose sans narcissisme.

Il excelle alors à tirer de Musil, sous la forme romanesque, une philosophie profonde et cohérente, et qui partage quelques airs de famille avec Wittgenstein. Ainsi qu’à trouver chez Kraus quelques invectives contre la presse de guerre qui s’appliqueraient de nos jours aux médias journalistiques et télévisuels. La théorie des probabilités que Bouveresse extrait de Musil impressionne certains spécialistes de cette science qui ne s’attendaient pas à trouver cela chez l’auteur d’Un homme sans qualités ! En général, d’ailleurs, Bouveresse lit et explique les livres que personne ne lit dans l’intellocratie parisienne pendant les années1970-1980.Ces livres incarnent une façon de philosopher radicalement autre, sans jargon ni pathos, exigeante avant tout sur le chapitre de la clarté. Il est maître dans l’ordre de pousser jusqu’au bout l’exactitude dans l’analyse des concepts.

Devenu professeur au Collège de France, il persiste à enseigner ses auteurs autrichiens favoris, Brentano et Boltzmann, ou bien des scientifiques comme Hertz, à qui Wittgenstein doit beaucoup dans le Tractatus logico-philosophicus. Il me reste en mémoire un cours sur « Le vert phénoménal chez Brentano », extrêmement technique. Président de la Société Cavaillès, il s’attache à perpétuer la mémoire de ce grand résistant fusillé, qui avait d’abord été normalien et caïman spécialiste de philosophie des sciences et de logique.

Ses dernières années le voient se consacrer de plus en plus à la littérature et à une trilogie sur Wittgenstein et la musique. Il a en route plusieurs ouvrages qui restent inachevés car il s’éteint le 9 mai 2021.

Christiane Chauviré
Ancienne élève de l’ENS (Sèvres) - L, Promotion 1965
Professeur Emérite à Paris 1 (Philosophie)
Ancienne élève de Jacques Bouveresse

 

(1) Voir le numéro de Critique sur Jacques Bouveresse, « Parcours d’un combattant » et dans celui-ci l’article d’Anne Lewis-Loubignac, « La première classe » (n° 567-568, 1994)

 

À propos de Jacques Bouveresse

Influencé par Ludwig Wittgenstein, le cercle de Vienne et la philosophie analytique, Jacques Bouveresse défend une position rationaliste dont le prolongement éthique est la modestie intellectuelle. C’est dans cet esprit que Bouveresse a étudié les œuvres de Wittgenstein, Robert Musil et Karl Kraus. Ses domaines d’étude comprennent la philosophie de la connaissance, des sciences, des mathématiques, de la logique et du langage, et la philosophie de la culture.

Jacques Bouveresse entre en 1961 à l'École normale supérieure. En 1965, il est reçu premier à l'agrégation de philosophie. Il devient rapidement un spécialiste du positivisme logique et se voit confier le chapitre correspondant dans l'Histoire de la philosophie dirigée par François Châtelet, dont il est un des plus jeunes contributeurs.
Sous la direction d'Yvon Belaval, il soutient en 1975 sa thèse de doctorat d'État sur Wittgenstein, intitulée Le Mythe de l'intériorité : expérience, signification et langage privé chez Wittgenstein.

Dès ses premiers travaux, il construit son chemin intellectuel en marge des grandes modes philosophiques, s'inscrivant ainsi dans la lignée de la philosophie des sciences de Jean Cavaillès, Georges Canguilhem ou Jean-Toussaint Desanti. En 1989, Jacques Bouveresse préside avec Jacques Derrida la Commission de Philosophie et d'Épistémologie destinée à faire un état des lieux de l'enseignement de ces matières.

Élu en 1995 au Collège de France, il intitule sa chaire « Philosophie du langage et de la connaissance». Il restera ensuite professeur honoraire de cette institution de 2010 à son décès.

 

Carrière

  • 1961-1966 : Élève de l'École normale supérieure, Ulm
  • 1965 : Agrégation de philosophie
  • 1975 : Doctorat d'État en philosophie à l'université Paris-I
  • 1966-1971 : Assistant puis maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris puis à l'université Paris-I
  • 1971-1975 : Attaché de recherche puis chargé de recherche au CNRS
  • 1975-1979 : Maître assistant puis maître de conférences puis professeur à l'université Paris-I
  • 1979-1983 : Professeur extraordinaire, puis ordinaire, au département de philosophie de l'Université de Genève, chargé de l'enseignement de la philosophie analytique
  • 1983-1992 : Professeur à l'université Paris-I et professeur associé à l'Université de Genève
  • 1985-1988 : Directeur de l'unité de recherche associée au CNRS, UA 1079 (Histoire et philosophie des sciences)
  • 1992-1995 : Professeur à l'université Paris-I
  • 1995-2010 : Professeur au Collège de France
  • 2019 : Grand Prix de Philosophie de l'Académie française

 

Quelques livres de Jacques Bouveresse

  • Aux Éditions de Minuit : Wittgenstein : la rime et la raison, Le mythe de l’intériorité (1976)
  • Le Philosophe chez les autophages (1984), Rationalité et cynisme (1984), La force de la règle (1987).
  • Aux Éditions de l’Éclat : Musil, le hasard, la moyenne et l’escargot de l’Histoire (1993), Philosophie, mythologie et pseudo-science. Wittgenstein lecteur de Freud (1994), La demande philosophique (1996).
  • Aux Éditions Jacqueline Chambon : Dire et ne rien dire (1997).

 

 

À propos de Christiane Chauviré

Christiane Chauviré intègre en 1965 l'École normale supérieure de jeunes filles où elle suit les cours de Claude Imbert et de Jules Vuillemin et, à l'ENS Ulm, les cours de Jacques Bouveresse. Après avoir obtenu l'agrégation de philosophie, elle soutient à l'université Paris I une thèse de troisième cycle sur Il Saggiatore de Galilée (1975), puis une thèse d'État sur Charles Sanders Peirce (1988), et enfin se spécialise en études wittgensteiniennes.

 

Après avoir enseigné aux universités de Franche-Comté et de Nantes, elle rejoint en 1995 à l'université Paris I, où elle anime avec Sandra Laugier le séminaire « Mental et Social » pendant quinze ans, poursuivi à partir de 2010 par un séminaire avec Sandra Laugier, Bruno Ambroise et Pierre Fasula sur des thèmes qui se rattachent à Wittgenstein. Elle est la créatrice d'EXeCo (aujourd'hui composante de l'UMR "Institut de recherches juridique et philosophique de la Sorbonne") et fondé la composante « philosophie contemporaine » du Master de philosophie de Paris I. Christiane Chauviré défend une philosophie de l'esprit et du langage d'inspiration wittgensteinienne. Elle travaille par ailleurs à partir de 2011 sur l'ancrage pragmatiste de la seconde philosophie de Wittgenstein. Elle a collaboré à la revue Critique pendant quarante ans.

 

Publications :
- Wittgenstein, Le Seuil, 1989
- Voir le visible : la seconde philosophie de Wittgenstein, 20003
- « Jacques Bouveresse, parcours d’un combattant », Critique, 1994, 567-568
- Lire le Tractatus logico-philosophicus, Vrin, 2009
- Wittgenstein en héritage, Kimè, 2010
- Comprendre l’art. L’esthétique de Wittgenstein, Kimè, 2016