La chimie bioinorganique à Paris

Un colloque

La chimie bio-inorganique s’intéresse aux molécules inorganiques en interaction avec le vivant, pour comprendre ou mimer celles qui sont endogènes, pour concevoir des composés exogènes à propriétés biologiques, sondes ou candidats médicaments. Ce colloque est destiné à mettre en avant la richesse des approches développées à Paris.
Chimie à Paris

Le chimie bio-inorganique est un champ à la croisée des disciplines. Elle vise à comprendre et à maîtriser les molécules inorganiques au sein du vivant, qu’elles soient endogènes (métalloprotéines, par exemple) ou exogènes (métallodrogues, par exemple). Ils interviennent dans les processus les plus fondamentaux du vivant, comme la plasticité cellulaire (R. Rodriguez). Comprendre les solutions mises en place par la Nature est susceptible d'aider à résoudre certains défis modernes, comme celui de la transition énergétique auquel nous faisons face, avec, par exemple, la photosynthèse artificielle (A. Aukauloo). Les métalloenzymes sont des catalyseurs essentiels au vivant et élucider les processus de bio-synthèse des sites actifs métalliques (B. d’Autréaux) a des implications thérapeutiques. Les chimistes peuvent s’inspirer des métalloenzymes pour concevoir des catalyseurs artificiels : certains chercheront à reproduire la fonction catalytique (E. Anxolabéhère), d’autres à comprendre les aspects fondamentaux de reconnaissance (O. Reinaud), ou encore à ré-introduire ces catalyseurs artificiels dans des environnements cellulaires dans une perspective thérapeutique (C. Policar). Les chimistes conçoivent aussi entités totalement artificielles comme sondes pour le diagnostic ou comme agents cytotoxiques pour la thérapie (G. Gasser et M. Salmain). Marc Fontecave orchestrera cette rencontre destinée à illustrer la richesse des approches explorées à Paris.

Programme :

  • 09h00 - 09h15 : La chimie bioinorganique à Paris - Introduction M. Fontecave, Collège de France.
  • 09h15 - 09h55 : En route vers la photosynthèse artificielle - A. Aukauloo, ICMMO, Université Paris-Saclay, CEA Saclay.
  • 09h55 - 10h35 : Une cavité biomimétique, un ion métallique et de l’eau : un trilogue plein de surprises - O. Reinaud, Laboratoire de Chimie et Biochimie, CNRS UMR 8601, Université de Paris.
  • 10h35 : Pause
  • 10h55 - 11h35 : Activation réductrice électrochimique du dioxygène par des complexes métalliques bioinspirés - E. Anxolabéhère-Mallart, Laboratoire d’Électrochimie, Moléculaire UMR 7591, Université de Paris.
  • 11h35 - 12h15 : Complexes métalliques comme agents pour le diagnostic et la thérapie - G. Gasser, Chimie ParisTech, PSL University, CNRS, Institute of Chemistry for Life and Health Sciences, Laboratory for Inorganic Chemical Biology, Paris.

 

  • 12h15 : Pause-Déjeuner
  • 14h15 - 14h55 : Complexes semi-sandwich d’iridium à ligand cyclométallé :  vers la compréhension de leur mécanisme d’action cytotoxique - M. Salmain, Sorbonne Université, CNRS, Institut Parisien de Chimie Moléculaire, Paris.
  • 14h55 - 15h35 : Nouvelles avancées sur le front des maladies causées par un défaut de biosynthèse des centres fer-soufre, le cas de l’ataxie de Friedreich B. d’Autréaux, Institute for Integrative Biology of the Cell, UMR 9198 Université Paris-Saclay – CNRS – CEA, Gif-sur-Yvette.
  • 15h35 : Pause
  • 15h55 - 16h35 :  Régulation de la plasticité cellulaire par les métaux du bloc D - R. Rodriguez, CNRS UMR 3666, Institut Curie, Paris
  • 16h35 - 17h15 : Complexes métalliques et environnements biologiques, un nouvel espace pour la chimie inorganique - C. Policar, Laboratoire des biomolécules, École normale supérieure, PSL University, Sorbonne Université, CNRS, Paris.
  • 17h15 - 17h30 : Discussion générale
  • 17h30 - 17h45 : Conclusion - M. Fontecave, Collège de France

Mis à jour le 26/1/2022