La notion de contexte : quels enjeux pour l’interprétation et la traduction des textes littéraires ? Études littéraires, traduction, philosophie, sciences sociale

Colloque junior

Entendant prendre part à la réflexion autour de la notion de contexte, nourrie par l’interdisciplinarité de plus en plus pratiquée dans la recherche universitaire en sciences humaines et sociales, ce colloque invite à examiner les conceptions et usages de la notion de contexte mobilisées par les différentes approches qui prennent le texte littéraire pour objet, ainsi qu’à s'intéresser aux diverses modalités selon lesquelles cette notion est prise en compte dans les processus de réception des textes et de leur transmission.
 
Notion de contexte

Selon une définition restreinte, le contexte ne dépasse pas le texte, mais entoure les unités qui le composent et éclaire leur signification. Une telle perspective entre en résonance avec l’approche développée dans les premières décennies du XXe siècle par les formalistes russes qui, à partir des avancées de la linguistique saussurienne, se donnent pour but de distinguer les lois de fonctionnement des textes littéraires (Jakobson, Propp). À partir des années 1960, les travaux de Tzvetan Todorov contribuent à assoir l’héritage formaliste en France. La critique de Roland Barthes contre l’histoire littéraire de Gustave Lanson en témoigne. L’auteur est déclaré mort (Barthes : 1969) et la lecture biographique d’une oeuvre est jugée résolument insuffisante pour lire et comprendre un texte : il s’agit alors d’y repérer les invariants structurels qui lui permettent de produire du sens. Pour des auteurs s’inspirant de la sociologie, tels que Lucien Goldmann et Itamar Even Zohar, la notion de contexte revêt toutefois une autre acception et renvoie à la réalité extralittéraire. Ainsi une nouvelle approche se construit-elle, pour laquelle l’en-dehors du texte joue lui aussi un rôle pour l’interprétation des textes littéraires et la traduction. Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, cette notion fait également l’objet d’un débat chez les philosophes. Elle est problématisée, entre autres, dans les réflexions sur l’historicité de l’oeuvre et de la compréhension qui se situent au coeur de l’herméneutique de Hans-Georg Gadamer. C’est en partie en opposition à une telle approche que Jacques Derrida met en doute la pertinence même de cette notion en développant l’idée d’une textualité généralisée. Avec l’établissement des études de genre et des études post-coloniales depuis la fin du XXe, le contexte de création devient un élément central dans la réflexion sur les enjeux spécifiques des oeuvres, et permet de les étudier au prisme des dynamiques culturelles et politiques complexes indissociables de leur création et leur réception (Saïd, Spivak, Venuti, Butler). Ces différentes conceptions et usages de la notion de contexte, loin d’avoir été énumérées de manière exhaustive, nous donnent une idée des exigences auxquelles répondent les différentes approches qui prennent pour objet le texte littéraire, ainsi que des diverses modalités selon lesquelles cette notion est prise en compte dans les processus de réception des textes et de leur transmission. Elles soulignent l’actualité de cette problématique, tout particulièrement au vu de l’interdisciplinarité croissante pratiquée dans la recherche universitaire en sciences humaines et sociales. C’est à une réflexion autour de ces questions que ce colloque convie des jeunes chercheurs et chercheuses issus des études littéraires, de la philosophie, de la traductologie, tout comme de la sociologie et de l’histoire.

Programme

JOUR 1 — JEUDI 20 JUIN
Amphithéâtre Évariste Galois

9h00 : début de la journée, arrivée des participant.e.s

9h30 : mots d’ouverture

Axe 1 : Contexte et réception des œuvres
10h-11h15 — Panel 1 : Enjeux autour de l’édition ou de la réédition d’auteurs canoniques
Modération : Alexia Rosso et Ginevra M. Venier

10h-10h25 : Simone Lettner (Salzbourg/Toulouse) : « Der Kontext als Indikator für Textergänzungen? Das Editionsprojekt eines Romanfragments als Fallbeispiel »

10h25-10h50 : Jonas Nickel (EHESS/HU Berlin) : « Fait littéraire et contextualisations génériques. Réflexions sur la réédition des “pamphlets” de Céline »

10h50-11h15 : Discussion

11h15-11h45 : Pause café

11h45-13h30 : Panel 2 : Le rôle de la traduction dans la réception des œuvres
Modération : Mandana Covindassamy et Alexia Rosso

11h45-12h10 : Jin Yan (ENS) : « Germaine de Staël et Faust : confrontation franco-allemande de l’imagination littéraire»

12h10-12h35 : Carsten Trautmann (Francfort sur le Main) : « Übersetzung als Rekontextualisierung oder Dekontextualisierung? Betrachtungen zur Übersetzung von Friedrich Schlegels SanskritÜbersetzungen ins Französische durch M. A. Mazure »

12h35-13h : Jasmin Berger (Fulda/Toulouse) : « Entstehungs- und Übersetzungskontext eines popkulturellen Werks der späten 1950er Jahre am Beispiel der Asterix-Comics und deren standarddeutschen und hessischen Übertragungen»

13h-13h25 : Discussion

13h30-15h : Pause déjeuner

Axe 2 : La notion de contexte à la lumière de l’interprétation et de la traduction
15h-16h15 — Panel 1 : L’analyse du contexte de publication et son rôle dans l’interprétation
Modération : Ginevra M. Venier et Alexia Rosso

15h-15h25 : Virginie Turcot (Montréal/Namur) : « La place du contexte dans l’interprétation et l’édition du texte médiéval : étude de cas »

15h25-15h50 : Dr. David D. Reitsam (Toulouse) : « Das journalistische Werk Johann Thomas von Trattners in seinen multiplen Kontexten »

15h50-16h15 : Discussion

16h15 : Mots de conclusion de la première journée

19h00 — Dîner avec les participant.e.s et le comité scientifique

JOUR 2 — VENDREDI 21 JUIN
Amphithéâtre Évariste Galois

09h30 : arrivée des participant.e.s et café

10h00-11h15 — Panel 2 : La traduction, un outil pour éclairer les contextes de production
Modération : Dirk Weissmann et Ginevra M. Venier

10h-10h25 : Dr. Caroline Puaud (Sorbonne) : « Traduire un témoignage de la Shoah en allemand après 1945 : Dos lid funem oysgehargetn yidishn folk et ses traductions allemandes. »

10h25-10h50 : Lise Mirville (Sorbonne) : « Marianne et Corinne en langue allemande – traductions-témoins du contexte des transferts culturels entre France et Allemagne autour de 1800 »

10h50-11h15 : Discussion

11h15-11h30 : Pause café

Axe 3 : Perspectives théoriques sur la notion de contexte
11h30-12h45 — Panel 1 : Les philosophes et la notion de contexte
Modération : Ginevra M. Venier et Alexia Rosso

11h30-11h55 : Matthias Lorenz (Vienne) : « Gewalt und Sprachverlust – Spinozas politische, Theorie des interpretativen Kontext und der Begriff der einfachen Dinge »

11h55-12h20 : Dr. Felix Knode (Göttingen) : « Werke als Diskurselemente eines Dispositivs »

12h20-12h45 : Discussion

12h45-14h15 : Pause déjeuner

14h15-15h30 — Panel 2 : Traditions interprétatives dans l’espace franco-allemand
Modération : Marc Crépon et Ginevra M. Venier

14h15-14h40 : Julien Lefevre-Bier (Amiens) : « L’intertexte contre le contexte. Roland Barthes critique de l’esprit philologique »

14h40-15h05 : Dr. Michael Woll (Osnabrück) : « Zum Verhältnis von Zyklen und‚ Vorsprüchen‘ in Goethes Gedichten »

15h05 – 15h30 : Discussion

15h30 : Mots de conclusion

Mis à jour le 10/6/2024